Témoignage client



témoignage client

« Le transport de conteneurs, c’est un des parents pauvres de la profession de transporteur routier. Pour y survivre sans tricher, il faut traquer le moindre centime d’économie en exploitation. Nous y parvenons, en nous appuyant sur la faible consommation de gazole des Volvo FH et sur les performances de l’informatique embarquée Dynafleet. Des outils grâce auxquels nous affronterons également avec sérénité les exigences fiscales de l’écotaxe, tout en respectant rigoureusement la réglementation sociale et environnementale. »

Gilles Duboc, PDG des Transports Duboc.

31,98 litres de gazole aux cent kilomètres. C’est la consommation moyenne enregistrée en 2012 par les 72 tracteurs Volvo FH 500 ch Fuel Eco des Transports Duboc (76), spécialistes du conteneur. Un chiffre à rapprocher des 35 litres aux cent kilomètres mesurés en moyenne dans ce secteur d’activité. Cette performance est le résultat d’une stratégie de réduction des coûts, appliquée avec rigueur depuis la fin des années 1980.

« A l’époque, nous suivions les consommations de plein à plein en fonction des trafics, tout en les comparant avec l’enregistrement des régimes moteurs figurant sur les disques des chronotachygraphes mécaniques. A partir de 2009, nous avons équipé nos Volvo FH de l’informatique embarquée Dynafleet. Un bond technologique qui nous a permis d’améliorer considérablement notre gestion du poste carburant. Nous affichions alors une consommation moyenne de 35,1 litres aux cent kilomètres, qui n’a jamais cessé de baisser depuis », se souvient Gilles Duboc, PDG de l’entreprise.

En 2006, un autre pas est franchi lorsque les Transports Duboc décident d’engager un renouvellement progressif de leur parc, pour anticiper le passer de la norme de dépollution Euro 3 vers l’Euro 5. A raison de 12 à 20 tracteurs par an, ce processus arrive aujourd’hui à son terme, avec l’acquisition de modèles Euro 5 EEV (Environmentally Enhanced Vehicle). Cette dernière norme, qui fait toujours appel à la réduction catalytique sélective avec appoint de liquide Adblue, est un must en la matière, avant la prochaine arrivée de l’Euro 6. « Cela va nous permettre de faire une économie de 1,40 centimes par kilomètre par rapport aux modèles Euro 5, lorsqu’il faudra acquitter l’écotaxe », indique le PDG.

Cet investissement entre également dans le cadre de la charte Ademe signée par les Transports Duboc en 2012, avec pour objectif de réduire les émissions de CO2, et par conséquent les consommations de gazole, de 5% à l’horizon 2015. « Pour respecter cet engagement, nous avons travaillé avec Volvo afin de redéfinir nos profils de véhicules, de mieux former nos conducteurs et d’optimiser notre système d’exploitation », explique Gilles Duboc, qui précise : « C’est la charge moyenne transportée, combinée avec le type d’itinéraire, qui nous guide dans le choix de nos chaînes cinématiques. C’est pourquoi, nous avons décidé d’allonger nos rapports de pont arrière à 2,64 :1. En 2013, nous restons fidèles aux motorisations de 500 ch, avec boîte de vitesses automatisée I-Shift et frein moteur à décompression VEB +.

En parallèle, notre charge moyenne qui est actuellement de 13 tonnes, ne devrait augmenter que très faiblement, malgré le passage aux 44 tonnes de PTRA, autorisés depuis le 1er janvier 2013. » Côté aérodynamique, tous les Volvo FH des Transports Duboc sont munis de déflecteurs tridimensionnels. Ils sont chaussés de pneumatiques intermédiaires offrant le meilleur compromis possible entre tenue de route et résistance au roulement. Pour tirer la quintessence de ces véhicules, les conducteurs sont accompagnés par des formateurs Volvo, eux-mêmes rompus aux techniques de conduite économique et parfaitement au fait des dernières évolutions techniques. Depuis 2011, 70 jours de formation ont ainsi été organisés dans l’entreprise pour les conducteurs sélectionnés par le PDG, qui suit personnellement leurs performances économiques : « Nous faisons 99% de nos pleins à l’entreprise, où notre système de gestion de carburant permet de contrôler les consommations. Dès que je constate un écart sur un véhicule ou un conducteur, je consulte la base de données Dynafleet. J’obtiens alors des rapports détaillés sur des points tels que l’usage des différents organes du véhicule, les temps de ralenti, les taux de chargement, les vitesses, les régimes moteurs, avec une évaluation par code couleur vert, jaune ou orange, de la meilleure à la moins bonne. Je peux ainsi déterminer les points à améliorer ainsi que la nécessité ou non de déclencher une formation complémentaire  pour le conducteur concerné. »

   portrait entreprise   

 



Dynafleet

La réduction des consommations passe aussi par une gestion fine de l’exploitation, afin d’éliminer les kilomètres parasites. C’est d’autant plus important que dans le domaine du transport de conteneurs, une moyenne de 40% des parcours est réalisée à vide. «Nous avons essentiellement trois types de trafics. Nous effectuons des transports en Round trip (aller conteneur plein et retour vide, ou vice versa), des transports en triangulaire (aller conteneur plein, inter ville à vide et retour chargé depuis un autre site) au départ du Havre et des transports en One Way (départ du Havre avec un conteneur plein, et restitution du conteneur sur un terminal ou parc intérieur après livraison, ou prise en charge d’un conteneur vide sur un terminal ou parc intérieur et retour au Havre avec un conteneur plein après chargement)», résume Gilles Duboc.
 
Via Dynafleet, les parcours de chaque ensemble sont suivis en temps réel. Il arrive que les itinéraires soient définis à l’avance, quitte à être modifiés en route selon les circonstances analysées par les exploitants. « Nous nous sommes ainsi aperçus que nous cédions parfois à la facilité de faire revenir les véhicules à l’entreprise pour donner de nouvelles instructions aux conducteurs ou tout simplement pour des formalités administratives. Nous avons donc défini, via Dynafleet, une zone géographique de 30 km de rayon autour de notre base havraise. Dès qu’un de nos ensembles y pénètre, l’exploitant est alerté. Il peut alors communiquer au conducteur ses instructions au moyen de Dynafleet et ainsi éviter un passage sur notre site avant de se rendre sur le terminal ou parc privé. Cette mesure nous a fait réduire de 10 kilomètres en moyenne le parcours quotidien de nos tracteurs, et constitue une économie importante, tant en carburant qu’en heures de conduite ou en usure du matériel », ajoute le PDG.

C’est donc en toute logique qu’en Janvier 2013, lors de la cérémonie des Trophées de la Performance de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Havre, les Transports Duboc se sont vu décerner le Trophée du Développement Durable 2012, trophée qui récompense l’entreprise pour l’ensemble de ces actions en faveur de l’environnement.