Volvo FMX

Le Volvo FMX est un véhicule de chantier moderne qui intègre de nombreuses solutions innovantes et une multitude de fonctionnalités révolutionnaires.

4×2, 4×4, 6×2, 6×4, 6×6, 8×2, 8×4 ou 8×6

D11 ou D13 (de 330 à 480 ch)
Pas d'inquiétude grâce aux 20 tonnes de marge

Le nouveau Volvo FMX est conçu pour résister aux rigueurs des missions de chantier. Son crochet d'attelage est suffisamment robuste pour supporter 32 tonnes. S'il heurte un tas de macadam ou même un mur en béton, il devrait pouvoir poursuivre sa mission comme si de rien n'était.

Le concepteur de la nouvelle partie avant est une personne posée et vive d'esprit qui aurait toute sa place sur une patinoire de hockey sur glace. Hans Bergqvist décrit le travail réalisé : « Nous avons fait la part belle à la robustesse et à la facilité d'entretien. De nombreuses pièces en acier ont été ajoutées, mais l'augmentation du poids reste minime, de l'ordre de cinq ou six kilos. Nous avons en revanche beaucoup gagné en robustesse. »

Absorbe l'énergie comme un ressort géant

La raison derrière son aspect massif ?

« Les nouvelles versions de la barre d'attelage, de la barre pare-chocs et de la plaque de protection sont toutes reliées à la barre de protection avant à l'aide d'imposants supports. Cela crée un ensemble massif et confère une résistance extrême à la partie avant, qui devient une véritable extension du châssis. Elle peut absorber l'énergie d'un impact à faible vitesse comme un ressort géant. Et elle élimine quasi totalement la fréquence propre et les secousses de la cabine qui vont avec », explique Hans Bergqvist.

La barre d'attelage est solide et peut être utilisée pour vous hisser jusqu'au pare-brise.
Traverse de remorquage du Volvo FMX

Un effet ressort

L'un des tests qui permet de mesurer la robustesse de la structure consiste à frapper l'avant du véhicule avec une colonne d'acier avec l'équivalent de 3 tonnes de pression. La structure s'est comportée comme un ressort et a quasiment retrouvé sa forme initiale.

Un autre test implique un choc contre un bloc de béton. Le véhicule heurte le bloc à environ 5 km/h, générant une énergie colossale. La partie avant en acier fléchit légèrement, mais retrouve en grande partie sa forme initiale. L'association du noyau robuste de la partie avant du véhicule et d'un type souple de polypropylène sur le pare-chocs tient toutes ses promesses.

Traverse de remorquage

Plus d'acier pour plus de disponibilité

« Les angles du véhicule sont très exposés. C'est pourquoi les angles du pare-chocs sont constitués d'un acier de première qualité de 3 mm d'épaisseur », indique Hans Bergqvist. Les nouveaux phares sont positionnés plus haut au-dessus du pare-chocs, où ils sont mieux protégés. Les panneaux de carrosserie sont séparés et ne se chevauchent pas, ce qui permet de mieux isoler tout dommage esthétique.

Hans Bergqvist

« Et si vous parvenez malgré tout à sérieusement endommager l'avant du véhicule, vous pourrez sans doute remplacer la pièce vous-même puisque les fixations sont visibles et facilement accessibles. Voilà un point qui devrait ravir nos clients en leur permettant de réaliser des économies tout en gagnant en disponibilité. »

Une capacité de traction/poussée de 32 tonnes

La barre d'attelage est constituée d'un seul bloc en fonte. « Si le véhicule est posé sur les essieux et que les roues patinent, une pelle mécanique - ou un Volvo FMX - peut vous sortir de là en très peu de temps. Par ailleurs, la barre d'attelage est visible et vous pouvez l'utiliser comme une échelle pour grimper sur l'avant de la cabine. La barre est solide sur toute sa longueur, il n'y a aucun risque de fissure ou de casse », conclut Hans Bergqvist. En cas de besoin, une poignée permet d'accéder facilement au pivot d'attelage.

Voir les détails de la partie avant et du dispositif de remorquage


3
Robustesse